Comprendre la mort  

 

Il peut être dérangeant pour certains d'envisager la mort, mais soyons bien conscients que nous y arriverons tous tôt ou tard. Si notre âme s'avère être immortelle, il en est tout autrement pour notre corps physique, nous devrons nous en départir un jour ou l'autre. Alors, pourquoi ne pas nous préparer adéquatement à ce qui est inévitable ? Pour bien comprendre la mort, nous devons d'abord parler de la vie, et c'est ce que nous vous proposons dans plusieurs pages de ce site. Pour nous humains, la mort n'est qu'une étape dans notre cheminement éternel.  Bonne lecture

 
Réussir notre passage sur Terre
 
   Quel est le but de notre passage sur Terre ? Sommes-nous conscients de ce que nous devons accomplir durant ce périple ?
   
   Nous agissons souvent comme si nous étions dans ce monde seulement pour satisfaire des désirs et des caprices qui ne sont finalement jamais assouvis. Et si notre précieux temps était en quelque sorte un stage de perfectionnement de notre « être », un temps qui nous est accordé pour apprendre à être à l'écoute de nous-mêmes ? Pour accomplir cette mission, nous avons un outil nettement sous-utilisé : notre intuition.
 
   L'intuition provient de notre esprit, cette partie de nous qui a une certaine conscience du monde dans lequel nous vivons. Même si la plupart d'entre nous ne peuvent le percevoir, notre esprit est en lien direct avec l'Esprit Universel, la source de la connaissance véritable et de la Conscience. Nous disposons ainsi d'un atout important, si nous apprenons à faire la différence entre les messages de l'Esprit, qui nous guident sagement, et ceux de l'ego qui veulent nous faire croire que notre mission est de vivre pour l'entretenir, lui !
 
   Le « travail » que nous faisons sur nous-mêmes durant notre passage sur Terre est la seule chose que nous emporterons dans la mort. Quant à nos multiples acquisitions matérielles et intellectuelles, si impressionnantes soient-elles aux yeux des hommes, nous devrons nous en départir. Elles ne sont pas nous.
  
   Ceux qui s'appliquent à « être » au lieu de « paraître » durant leur passage sur Terre, se donnent toutes les chances de vivre le vrai bonheur. Ils sont aussi mieux préparés à accéder dans la joie aux étapes suivantes.


Notre perception limitée de la vie
 
   Notre planète Terre fait partie d'un immense univers que nous connaissons à peine. Se peut-il que la vie existe sur d'autres planètes, ou dans d'autres systèmes solaires ?
  
   En fait, la vie existe partout, et elle unit tout ce qui existe, dans l'univers visible, comme dans sa contrepartie invisible. Il n'existe aucune « coupure » entre le monde que nous voyons, et la galaxie la plus éloignée de nous. Notre perception limitée nous permet de capter seulement une infime partie de la réalité. Petits que nous sommes, nous ne voyons que notre petit monde.
 
   Il se pourrait même que nous ne soyons pas les principaux habitants de la Terre. Selon « Le Livre d'Urantia », les « Médians » y seraient arrivés avant nous, et ils la quitteraient après nous. Eux, et bien d'autres encore, partagent notre Terre. Ils existent sur des niveaux de conscience que nous ne percevons pas. Plusieurs histoires peuvent ainsi se jouer au même moment, au même endroit, mais chacune à sa propre « fréquence », comme à la radio ou à la télé.
 
   Bien sûr, nos scientifiques sont « frileux » à l'idée d'admettre qu'il puisse exister d'autres formes de vie, ici ou ailleurs. Pour eux, ce qui ne peut être vérifié par la méthode scientifique, n'est pas valable. Cette approche a permis, jusqu'à maintenant, de conserver une rigueur dans notre démarche d'apprentissage. 
  
   Cependant, nos conceptions rigides de la vie vont changer dans le proche futur. Plusieurs scientifiques ont mené des expériences qui les ont conduits aux frontières entre le matériel et l'immatériel. Ils franchiront bientôt ce portail, et remettront alors en question plusieurs des théories actuelles sur la source de la vie.
 
   Aujourd'hui, nous connaissons mieux la matière et les éléments qui la constituent, mais nous en sommes encore au tout début de notre véritable compréhension de l'univers.
 

Réfléchir à la mort

   Réfléchir à la mort ne veut surtout pas dire que nous la souhaitons pour bientôt, mais plutôt que nous avons la sagesse de prendre les dispositions nécessaires pour que le jour venu, cette transition se fasse harmonieusement, dans la mesure du possible.

   La meilleure garantie que l'on puisse s'offrir devant la vie et la mort, sera toujours l’amour que l’on porte en soi. L’amour est un guide absolu qui nous positionne bien au dessus des difficultés de la vie et des affres de la mort. L’amour aiguise l’intuition, et celle-ci se charge par la suite de nous orienter vers les meilleurs décisions à prendre en fin de vie.

   En quittant ce monde, nous y larguons nos proches. Guidés par l’amour, nous trouvons alors comment les laisser dans la paix morale et financière. Nous avons également certaines précautions à prendre pour nous-mêmes. Un choix qui semble bien louable sur le plan physique, peut toutefois porter préjudice à l’âme. Ainsi, le don d’organes, qui sauve de nombreuses vies, peut s’avèrer dérangeant pour l'âme.

   Idéalement, le corps du défunt ne devrait pas être « charcuté » avant la quatrième journée suivant son décès. L’âme semble avoir besoin de ce délai pour archiver adéquatement les acquis de tous les organes du corps physique durant cette dernière incarnation. Ensuite seulement, on devrait procéder à l’incinération. Cela devait être dit, mais sachez que ce fait me perturbe beaucoup moi-même. Que votre conscience vous guide dans cette délicate décision.

   Après la mort du corps physique, l'âme du défunt, de son nouveau niveau de conscience, suit habituellement de près les procédures infligées à son enveloppe charnelle. Durant un certain laps de temps, elle peut aussi « flâner » dans son entourage terrestre.


L'arrivée dans l'autre monde

   L'heure de la transition est arrivée, et ce qui faisait si peur à certains, se passe dans une quiétude jamais atteinte à ce jour. Ce n'est pas un sentiment de mort que l'on ressent à ce moment-là, mais plutôt l'impression d'être plus vivant que jamais auparavant. Les limitations du corps physique s'estompent.

 
   Ceux qui sont décédés brutalement quant à eux, sont souvent un peu perdus. Ils ont de la difficulté à admettre qu'ils sont morts. D'autres entités s'occuperont de les guider. Le caractère d'un individu ne change pas nécessairement à sa mort, l'âme conserve ses « particularités humaines » un certain temps encore. Ainsi, un orgueilleux demeure orgueilleux, et un craintif reste aussi craintif.

   Une âme qui possède une certaine connaissance de ce qui se passe après la vie aura naturellement plus de facilité à s'adapter. Ce qui ne veut pas dire qu'elle bénéficiera de passe-droits. Après une « période » d'adaptation dans ce nouveau monde, l'âme retrouve sa pleine conscience, et commence à analyser objectivement son incarnation précédente. Elle réalise alors que ce qui n'a pas été réussi durant la dernière incarnation ne peut être complété dans le monde de la mort.

   Ces apprentissages devront être repris subséquemment dans un corps physique, dans un monde matériel. Dans l'autre monde, je le répète, on constate seulement, et on ne peut rien faire pour corriger nos lacunes. Suite à cette étape, l'âme choisira des expériences à faire dans sa prochaine incarnation, toujours dans le but de s'améliorer, et ainsi de s'approcher de la Source Suprême.

   Dans notre monde matériel, l'ego s'applique à distraire l'âme de ses priorités, c'est pourquoi l'âme qui n'a pas atteint sa maturité, doit retourner périodiquement à ses sources pour rechercher la Lumière voilée par l'ego.

 
André A. Bernier
          
                 
Page 1     Comprendre la mort   André A. Bernier

Page 2    
Daphne Rose et Mikhaël   Daphne Rose Kingma et O. M. Aïvanhov

Page 3    
Selon Eckankar   anonyme

Page 4    
Ce qu'en pense Ernest   Ernest Tanguay

Page 5    
La mort nous fait signe à temps   Dr Max Bürger

Page 6    
Mourir   Placide Gaboury

Page 7    
La cryogénisation   Michel Marsolais

Page 8    
Le sommeil, image de la mort   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 9    
Steve Jobs, son discours à Stanford en 2005   Steve Jobs

Page 10  
L'expérience de la mort   Dr Raymond Moody

Page 11  
Naissance de l'idée de réincarnation   anonyme

Page 12   
Le médecin devant la mort   Hubert Doucet
 
 


 


 1 
 



Créer un site
Créer un site