Au moment de la mort



   Au moment de la mort, l'homme se détache de son corps physique mais cela ne suffit pas pour qu'il soit aussitôt libéré. On peut même dire qu'il est encore plus exposé aux tourments que lorsqu'il vivait sur la terre. En effet, pendant la vie terrestre, notre corps physique est une carapace, une cuirasse qui nous empêche de sentir la réalité du monde psychique ; mais quand on se libère du corps physique par la mort et qu'on se retrouve dans l'astral sans défense, on risque alors de beaucoup souffrir et d'être très malheureux.
 
   L'Enfer n'est rien d'autre qu'un état de conscience vécu très intensément dans le plan astral. Ce n'est qu'une fois purifié par la souffrance qu'on peut enfin en sortir. Tous ceux qui se sont complètement enfoncés dans une vie de débauche, d'injustices, de méchancetés, de cruautés et qui ont réussi à échapper à la justice humaine, se trouvent, quand ils meurent, confrontés dans le plan astral à tout le mal qu'ils ont fait ; ils ne peuvent plus découvrir aucun refuge nulle part, parce qu'ils n'ont plus le corps physique qui les protège et les insenbilise ; ils éprouvent exactement les souffrances qu'ils ont fait subir à d'autres êtres quand ils étaient sur terre.

   Il vous est arrivé sans doute de faire des cauchemars, et vous avez remarqué que le plus souvent ce cauchemar s'interrompait tout à coup parce que vous vous réveillez en sursaut, tout content de vous retrouver bien à l'abri dans votre corps physique en vous disant
 : « Heureusement, ce n'était qu'un rêve ! » Pourquoi ce réveil en sursaut ? Parce que subconsciemment vous savez que, pour vous défendre des êtres ou des forces hostiles du plan astral vous devez rentrer dans votre corps physique, qui est comme une forteresse où vous pouvez vous mettre à l'abri. Si vous restez dans le plan astral, vous continuez à être à la merci des ennemis. Mais vous quittez ce plan, vous rentrez dans votre corps physique qui est épais, solide, et vous leur échappez. C'est exactement comme si, étant poursuivi dans la rue, vous trouviez refuge dans une maison : là, ni les couteaux ni les balles ne peuvent vous atteindre.

   La même loi existe dans tous les domaines. Car il peut aussi arriver que pendant leurs méditations, certaines personnes se dédoublent et soient attirées dans des régions dangereuses du plan astral où, là aussi, elles sont poursuivies, menacées. La première chose qu'elles ont à faire alors, c'est de rentrer danr leur coerps physique pour se mettre à l'abri. 

   Le corps physique est une bonne forteresse, mais quand on le quitte au moment de la mort, si on a transgressé les lois de l'amour, de la sagesse et de la vérité, on est forcé de payer dans le plan astral pour toutes ces transgressions. Ce ne sont pas des inventions
 : les plus grands Maîtres de l'humanité l'ont toujours dit, de grands artistes, peintres, poètes, ont représenté ce monde dans leurs œuvres, et des personnes cliniquement mortes pendant trois ou quatre jours sont revenues ensuite à la vie et ont pu raconter ce qu'elles avaient vu dans le plan astral. Le Ciel permet ainsi de temps en temps à quelques personnes de faire cette expérience pour assigir les humains, leur rappeler certaines vérités.

   Ainsi donc, après la mort l'homme doit subir dans le plan astral tout le mal qu'il a fait aux autres, souffrir pour toutes les transgressions qu'il a commises. Ce n'est pas que l'Intelligence cosmique veuille se venger ou le punir
 ; elle veut seulement que l'homme devienne parfaitement conscient de tout ce qu'il a fait sur terre, parce que souvent il a fait souffrir des êtres sans même s'en rendre compte et cette ignorance est inacceptable, elle l'empêche d'évoluer. L'Intelligence cosmique nous fait donc passer par les souffrances que nous avons infligées aux autres, pour que nous apprenions bien ce que nous avons fait et que nous puissions nous corriger. Le temps que nous y passons dépend de la gravité de nos fautes. Certains qui n'ont pas commis de grands crimes franchissent vite cette étape, alors que d'autres resteront des années dans les souffrances.

   Quand l'homme a payé exactement ses dettes, il entre dans la première région de l'astral supérieur où il vit dans la joie, l'émerveillement à cause du bonheur qu'il a donné aux autres sur la terre. Tout ce qu'il a fait de bon pour eux
 : les aider, les encourager, leur donner de l'espoir, éveiller en eux la foi ou l'amour, il doit le vivre aussi dans l'astral, amplifié à l'infini. C'est à ce moment-là seulement qu'il se rend compte de ce qu'il a fait sur terre. Car il arrive, en effet, que certains êtres très évolués fassent du bien sans jamais savoir combien de personnes ils ont rendues heureuses, à combien de gens ils ont apporté la joie, le bonheur, la vie ; ils le font instinctivement sans y penser. Mais l'Intelligence cosmique veut que l'on connaisse tout. Alors, après leur mort, il faut que ces bienfaiteurs inconscients voient, comprennent, sentent tout le bien qu'ils ont pu faire, et ils en restent éblouis.


Omraam Mikhaël AÏvanhov



Page suivante

Page d'accueil


 
Page 1     Comprendre la mort   André A. Bernier

Page 2     Daphne Rose et Mikhaël   Daphne Rose Kingma et O. M. Aïvanhov

Page 3     
Selon Eckankar    anonyme

Page 4     
Ce qu'en pense Ernest   Ernest Tanguay

Page 5     
La mort nous fait signe à temps   Dr Max Bürger

Page 6     
Mourir   Placide   Gaboury

Page 7     
La cryogénisation   Michel Marsolais

Page 8     
Le sommeil, image de la mort   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 9     
Steve Jobs, son discours à Stanford en 2005   Steve Jobs

Page 10   
L'expérience de la mort   Dr Raymond Moody

Page 11   
Naissance de l'idée de réincarnation   anonyme

Page 12   
Le médecin devant la mort   Hubert Doucet

 

 


 
 

 37 
 



Créer un site
Créer un site