Le médecin devant la mort



   Lorsqu'un médecin ou un autre membre de l'équipe soignante soulève la question de l'abstention ou de l'arrêt de traitement, on se trouve habituellement en face d'une situation extrêmement pénible. Peut-on encore quelque chose pour favoriser chez ce malade une vie humaine digne de ce nom ? Les savoirs et les habiletés que la biomédecine s'est donnés pour prolonger la vie ou vaincre la mort sont mis en échec. Dans ce sens, la médecine moderne est blessée dans son honneur. Permettre à la mort de suivre son cours peut apparaître au médecin comme une défaite personnelle.

   Poser la question de l'abstention ou de l'interruption de traitement, c'est donc d'abord poser la question de la relation du médecin à la mort. Devant l'inutilité ou l'échec d'un traitement qui vise à redonner la santé ou tout au moins restaurer une fonction, qu'est-ce qui guide l'action du médecin ? Sa propre incertitude devant la mort qu'il essaie de taire ? Le désir de respecter son patient dans sa réalité profonde ? Un conflit intérieur inconscient entre les deux ? Il faut bien reconnaître, que comme toute autre personne, un médecin est influencé par ses valeurs personnelles et ses motivations inconscientes. Sans doute une société doit-elle respecter le refus du médecin d'agir contre son code personnel de déontologie, mais, d'autre part, le professionnel doit être sensible au fait que l'affirmation de ses valeurs peut être une manière élégante bien qu'inconsciente de cacher sa peur de la mort.

   Poser la question de l'abstention ou de l'arrêt de traitement, c'est aussi poser la question du sens que le médecin donne à la technologie médicale. Des techniques de chirurgie, radiothérapie ou chimiothérapie doivent-elles être utilisées simplement parce qu'elles sont disponibles ? Quels sont les buts d'une intervention technique ? Dans un contexte culturel où la technique est devenue indépendante, autonome... et tyrannique, l'homme n'a plus le choix. Il doit se soumettre au règne de la technique, selon certains. Nos visions anthropologiques sont impuissantes à réduire la technique à son rôle d'instrument au service de l'homme. La médecine est donc au coeur du débat contemporain sur la relation entre technique et éthique. La liberté et la responsabilité des professionnels de la santé sont-elles encore possibles dans un système technicien ? Cette question est d'autant plus fondamentale que, couplé au refus médical de la mort, le technocosme (Hottois) va exiger de prolonger, de quelques heures supplémentaires, parfois même avec violence, une vie biologique.

   Enfin, poser la question de l'abstention ou de l'interruption de traitement, c'est poser la question des attitudes profondes du médecin à l'égard d'un malade pour lequel la mort plus ou moins rapide est désormais partie intégrale de sa vie. Les traitements vigoureux n'étant plus utiles, quel type de soins doit-on prodiguer à ce malade ? Faut-il aider la mort à se hâter ? Doit-on offrir à ce malade les soins ordinaires, c'est-à-dire attention, nourriture ? Y a-t-il des limites en raison de la situation même du malade ou des coûts impliqués ? Quelle est, dans ces circonstances, la tâche de la médecine ?

   Songer à interrompre certains traitements ou ne pas les entreprendre ne démontre donc pas uniquement un manque de savoir-faire, c'est aussi mettre en cause le sens même de la pratique médicale dans un contexte technique. Lorsque vient le moment de prendre une décision dans une situation particulière, ces questions fondamentales sont toujours présentes même si elles sont inconscientes.


source : Mourir, par Hubert Doucet


 
Page 1     Comprendre la mort   André A. Bernier

Page 2     
Daphne Rose et Mikhaël   Daphne Rose Kingma et O. M. Aïvanhov

Page 3     
Selon Eckankar   anonyme

Page 4     
Ce qu'en pense Ernest   Ernest Tanguay

Page 5     
La mort nous fait signe à temps   Dr Max Bürger

Page 6     
Mourir   Placide Gaboury

Page 7     
La cryogénisation   Michel Marsolais

Page 8     
Le sommeil, image de la mort   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 9     
Steve Jobs, son discours à Stanford en 2005   Steve Jobs

Page 10   
L'expérience de la mort   Dr Raymond Moody

Page 11   
Naissance de l'idée de réincarnation   anonyme

Page 12   
Le médecin devant la mort   Hubert Doucet

 

 


 
 

 12 

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement