Récit de mon expérience de mort imminente



   Je pourrais écrire un roman sur ce qui m'est arrivé en 2009 quand on m'a fait un quadruple pontage, changé la valve aortique et installé un stimulateur. Rendu à un âge avancé, affectée par des problèmes congénitaux et à l'extrême limite pour subir une aussi délicate intervention, certains prétendaient que mes jours étaient comptés, alors que les médecins croyaient que ça valait le coup de procéder.

   On m'a dit à mon réveil que pendant l'intervention, tous mes organes ont arrêté de fonctionner et que les médecins m'ont considérée comme cliniquement morte. Pendant ce temps je me suis sentie sortir de mon corps, planer au-dessus de manière à voir tout ce qui se passait autour de moi. C'était une sensation étrange où je pouvais tout voir mais sans pouvoir réagir. J'entendais tout ce qui se disait dans l'unité coronarienne en même temps que ce que disaient deux de mes trois enfants et ma mère dans la salle d'attente, mais je ressentais la matière physique comme l'air au travers d'une passoire.

   Mon corps ne m'importait plus et je me sentais détachée, libérée et flottant au-dessus de tout. Puis sentant une présence, j'ai su d'instinct qu'il s'agissait de mon père décédé il y a 14 ans qui me disait qu'il m'aimait et m'attendait, mais que pour le moment je devais retourner d'où je venais. Après 25 minutes d'efforts, les médecins ont fini par me ranimer sans pouvoir m'expliquer comment. Je me suis abstenue de parler de cette expérience tant je craignais qu'on ne me croit pas.

   Guérie depuis six ans, cette expérience m'a permis de changer du tout au tout. Je ne cherche à convaincre personne de ce que j'ai vécu, car je sais que pour le croire il faut l'avoir vécu. Je sais désormais que ce que l'on voit avec nos yeux de chair n'a rien à voir avec la réalité qu'on peut voir avec la conscience totale. Avec mes racines italiennes catholiques (quoique non pratiquante) je n'étais pas préparée à vivre ça, mais je sais désormais qu'il existe une vie après la mort.


M. Larosa (tirée du Courrier de Louise Deschâtelets)



 
90

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement