Hypothèse sur l'âme des êtres et des choses

 
 
L'idée d'écrire ce texte m'est venue suite à la lecture d'une citation de Marguerite de Surany qui se lisait comme suit : « Le sang est le logis de l'âme ». D’autres mystiques toutefois prétendent que c’est plutôt le cœur qui loge l’âme! N'étant pas vraiment d'accord avec eux, j'essais ici de vous présenter mon humble opinion sur ce sujet.
 
 
Introduction
 
   Après plusieurs années de recherches et d'expérimentations, autant dans le monde visible que dans le monde invisible, je crois maintenant comprendre un peu mieux la relation entre le monde matériel et le monde immatériel. Toutefois, je suis parfaitement conscient qu'en commentant un tel sujet, je m'approche dangereusement du niveau de mon incompétence. Je reconnais également la difficulté à traduire en langage humain certaines réalités du monde invisible.
 
   J'ai constaté à travers mes recherches, que la science et l'ésotérisme ont énormément de difficulté à se rejoindre. Ces deux disciplines ont tendance à se renier l'une et l'autre. Ils devraient plutôt se compléter l'une et l'autre. Tout est un, nous devrons un jour le reconnaître.
 
   Le texte suivant doit être considéré simplement comme un outil de réflexion sommaire, espérant que d'autres chercheurs poursuivront cette réflexion, et apporteront une explication plus exhaustive sur le cheminement de l'âme à travers les plans d'existences.
 
  
Mes premiers questionnements sur la Vie
 
   Remontons d'abord à plusieurs années en arrière, alors que j'étais en pleine quête spirituelle. Un ami de l'époque, m'offrit à ce moment-là un feuillet où l'on expliquait sommairement la cellule humaine, l'ADN et l'ARN. Je cru comprendre alors que l'ARN transmet des messages à l'ADN, qui lui, exécute l'action appropriée dans le corps physique. L'ARN semblait ainsi avoir sa source dans le monde invisible.
 
 
La signification du mot « âme »
 
   Le mot « âme » porte une connotation religieuse dérangeante pour plusieurs d'entre nous. Dans le texte suivant, « âme » désigne simplement la contrepartie immatérielle de tout ce qui existe dans l'univers matériel. Maintenant élaborons…
 
 
L'âme à travers les réincarnations
 
   Depuis l'aube des temps, notre âme, qui est notre vraie « Moi », se forge graduellement en séjournant dans ce monde matériel. D'incarnation en incarnation, avec une pause dans le monde de la mort entre chacune, nous poursuivons dans un processus de continuité absolue, notre inlassable recherche vers notre vraie identité.
 
   Ne regardons pas en arrière, il vaut mieux oublier nos incarnations passées. De toutes façons, nous sommes présentement la somme de tout ce que nous avons été précédemment. Actuellement, nous empruntons une enveloppe charnelle pour cheminer sur cette Terre. Nous utiliserons un « véhicule » semblable pour encore plusieurs incarnations dans ce monde. Au fil du temps, nous naîtrons fille ou garçon, selon les expériences que nous nous planifions lors de nos séjours dans le monde de la mort.
 
    À notre prochaine visite sur Terre, notre corps et notre mental seront le prolongement exact de ce que nous sommes présentement, il ne peut en être autrement. Alors, si nous désirons jouir d'une apparence ou une attitude différente dans notre incarnation suivante, il vaut mieux commencer à se changer tout de suite, ce sera impossible de le faire dans l'autre monde. C'est ici que nous nous forgeons, après la mort, nous ne faisons qu'évaluer notre avancement et préparer l'incarnation suivante.
 
   Quand notre âme aura assimilé l'ensemble des expériences attribué à ce plan d'existence, nous délaisserons définitivement le type de corps physique actuel, pour utiliser un support plus subtil et plus performant afin d'accéder au monde suivant. Le corps humain, dans la forme que nous lui connaissons actuellement, aura alors accompli sa pleine mission dans ce palier d'évolution. Il ne nous sera plus possible d'utiliser ce style de carapace dans les mondes supérieurs où nous nous dirigeons, car sa composition atomique ne lui permet pas d'y pénétrer.
 
   Nous considérons habituellement le corps astral comme étant le véhicule suivant dans l'échelle évolutionnaire. Il faut bien comprendre que le corps astral est tout de même un corps physique, même s'il est invisible à nos yeux. Le corps astral demeure invisible à nos yeux car les molécules qui le composent sont beaucoup plus distancées que celles de notre corps physique.
 
   Tout comme notre corps physique, et tout ce qui est matériel sur ce plan d'existence,  nos corps subtils sont composés eux aussi d'électrons ayant un noyau positif et une membrane négative, donc, ce sont bien des corps matériels. Ils évoluent dans un monde matériel ajusté à leur nature. Ces plans d'existence supérieurs sont plus éthérés et plus subtils que le nôtre.
 
   Notre corps astral ne sera lui aussi que l'« outil d'un temps ». Il devra céder sa place éventuellement à une enveloppe plus subtile, le corps mental. Quand nous osons parler des noms ou du nombre de nos corps subtils, ne nous prenons pas trop au sérieux, ces sujets dépassent la compréhension humaine. Il vaut mieux ne retenir que le principe de l'évolution de l'âme à travers différents paliers évolutifs.
 
 
Les plans d'existence
 
On assume ici que notre corps astral est de nature matérielle, tout comme notre corps physique. C'est-à-dire, qu'il est composé d'électrons ayant un noyau positif et une membrane négative, comme tout ce qui est matériel sur cette Terre. Il demeure invisible à nos yeux parce que ses molécules sont beaucoup plus distancées que ce qui existe sur le plan terrestre.
 
   Donc, si sur le plan terrestre la polarité atomique de l'homme est identique à celle de tout ce qui est matériel sur Terre, il doit en être de même sur le plan suivant, le plan astral. Ce qui nous amène à dire que le plan astral est aussi un plan matériel, et que tout ce qui compose cette matière est conçu d'électrons à noyau positif, mais à molécules plus distancées que sur Terre.
 
   Donc, si cette théorie s'avère valable pour le plan astral, il en est sûrement de même pour le plan suivant, le plan mental. En suivant la même logique, nous disons alors que le plan mental est également un plan matériel, mais qu'encore une fois, les molécules qui le composent sont plus distancées encore que sur le plan précédent.
 
   Donc, si l'on admet que les plans astral et mental sont des mondes matériels, les mondes suivants, quoique de plus en plus subtils, le sont aussi. On en déduit alors que tous les plans supérieurs sont faits d'électrons matériels, y compris les êtres qui y habitent. Et cela, jusqu'au plus haut niveau, juste avant de fusionner avec l'Intelligence Suprême.
 
Récapitulons : Tous les plans d'existences évolutifs sont des mondes matériels constitués d'électrons de polarité positive. Plus ces plans sont élevés, et plus les molécules sont distancées, ce qui les rends plus subtils.
 
   Donc, pour que l'Univers puisse exister, nous savons qu'il doit y avoir exactement le même nombre d'électrons de polarité négative qu'il y en a de polarité positive. En extrapolant, on peut comprendre que chaque chose a son double immatériel. Ceci est valable pour nous également, êtres humains, on appelle ce double, l'âme ou le Moi.
 
   Donc, L'âme, cette partie immortelle en chacun de nous, qui est constituée d'électrons de polarité négative, est en fusion permanente avec chaque électron matériel du corps physique. Elle ressent et archive ainsi tout ce que vit notre corps physique durant son passage sur Terre. Elle nous en fait le rapport exhaustif quand nous séjournons dans le monde de la mort entre chacune de nos incarnations.
 
L'hypothèse présentée ici est intéressante quand on admet que l'âme n'expérimente que dans les mondes matériels. On comprend alors qu'elle a besoin de ce contact étroit avec nos électrons de polarité positive pour le faire. Quand elle se retrouve par la suite dans le monde de la mort, « à côté » du monde astral, elle peut s'exprimer à notre conscience, et analyser ainsi ses derniers passages sur Terre.
 
 
Le temps et l'espace
 
   Il y a plusieurs années de cela, lors d'un voyage astral, je me plaisais à foncer à toute vitesse à travers le Cosmos. J'appréciais particulièrement la sensation d'accélération. Je ne comprenais pas très bien à cette époque comment je pouvais ressentir si bien l'accélération dans un monde où supposément le temps et l'espace n'existent pas. Maintenant que j'admet que le plan astral est un plan matériel, la perception d'accélération devient tout simplement normale.
 
   La vitesse atteinte lors de ces randonnées a tout de même une limite, elle n'est pas infinie. Tout monde matériel, aussi subtil soit-il, a ses propres limites. Je tenterai ici un exemple « un peu boiteux » pour illustrer mon propos : Si sur le plan terrestre, je peux me déplacer d'un mètre à la seconde, sur le plan astral, j'atteindrai peut-être un millions de kilomètre à la seconde, et possiblement cent milliards de kilomètres sur le plan mental.
 
 
Poursuivons notre réflexion
 
   Donc, nous pouvons en déduire que toute matière, aussi insignifiante soit-elle en apparence, possède obligatoirement un rudiment d'âme, car chaque électron de polarité positive, a sa contrepartie de polarité négative dans le monde immatériel. Comprenez que pour moi, l'âme est l'ensemble des électrons de polarité négative accolé aux électrons de polarité positive des êtres et des choses.
 
   Ceux qui prétendent que le cœur est le logis de l’âme, seront peut-être alors tenté de proposer maintenant que le cœur représente le « Siège Administratif » de l’âme ; là où se ferait la compilation de l’ensemble des données recueillies par chaque électron négatif, avant que cette compilation ne soit transmise à La Source. Non, non, encore une fois, il n’en est rien. Dieu n’a pas besoin d’intermédiaire.
 
   Est-ce pensable pour vous, que ce Moi, cet âme, soit localisé à un endroit spécifique dans le corps physique, et qu’il archive tout de même chaque cellule de ce corps ? N’est-ce pas plus logique que chaque électron négatif soit relié directement à La Source. Car chaque électron négatif, est La Source. Ne dit-on pas que Dieu est en nous. L’âme, c’est notre Moi en entier, pas juste une partie sélectionnée de nous, pas juste le sang, pas juste le cœur, mais bien l’ensemble de nos électrons immatériels.
 
   Permettez-moi une analogie avec votre ordinateur. Pour que celui-ci puisse archiver entièrement son contenu, il doit avoir un lien direct avec chaque «bit» de son Être, pas juste les pixels, pas juste vos logiciels, mais l’ensemble de son disque dur, ce qui représente son Moi à lui. Pour choisir un exemple plus simple, on pourrait aussi dire, que le Moi d’une plume, son âme, ce n’est pas seulement la cartouche, mais la plume au complet dans sa dimension invisible.
 
   Bref, le cœur ou le sang, peuvent bien laisser entrevoir un mince reflet des attributs de l’âme, mais, je le répète, ce ne sont pas l’âme. Certains mystiques perçoivent ces reflets, et s’imaginent hélas voir l’âme. Ne vous en déplaise, mais à notre niveau d’évolution actuel, niveau somme toute très primitif, on ne peut voir l’âme, pas plus qu’on ne peut voir Dieu. Nous ne pourrions en supporter la rutilance.
 
   Donc, les animaux également possèdent une forme d'âme. On dit qu’ils possèdent une âme « collective », car ils n'auraient pas la conscience pour reconnaître leur vraie nature. Ils ne possèderaient que l'instinct comme outil d'évolution! (Nous pourrions élaborer longtemps là-dessus !)
 
   Donc, suivant ce principe, les choses aussi héritent d'un rudiment d'âme. En fait, s’il y a la moindre agglomération de molécules matérielles, il doit y avoir au moins un embryon d’âme. Certains médiums très réceptifs parviennent à entrer en résonnance avec l'âme des choses. On dit alors bêtement, qu'un tel parle avec les arbres ou avec les roches !
 
Maintenant que vous connaissez la relation intime que votre âme entretient avec chaque électron qui compose votre corps physique, vous ne devriez plus percevoir l’âme comme un attribut à caractère essentiellement religieux, mais plutôt comme la véritable contrepartie immatérielle de votre être. Vous comprenez que votre âme est cette contrepartie invisible qui archive méticuleusement l’ensemble des cellules de votre corps physique à chaque instant de votre vie terrestre, et vous en fait un rapport détaillé quand vous séjournez dans le monde invisible entre chacune de vos incarnations.
 
 
Retenons surtout que…
 
   L’âme est notre vraie personnalité, notre Moi qui navigue à travers l’éternité. C’est seulement sur les plans matériels, où elle se retrouve en symbiose avec le corps, qu’elle peut s’enrichir et ainsi évoluer. Dans le monde de la mort, séparée de ses électrons à polarité positive, l’âme ne peut rien accomplir, elle ne fait que délibérer, qu’analyser son précédent passage sur Terre, et se donner des objectifs à atteindre pour l’incarnation suivante. L’âme a absolument besoin du corps physique pour mûrir, pour évoluer. Le corps physique quant à lui, ne peut se passer des mémoires de l’âme pour le guider (même s’il n’en est pas conscient), et pour maintenir une ligne directrice à travers ses multiples incarnations.
 
 
Mise en application
 
   Donc, comment peut-on «sauver son âme»? Et si c’était tout simplement en «sauvant» son corps ? (Il serait plus juste ici de dire développer son âme et son corps). Comme chaque électron de polarité négative qui compose notre âme vibre à l’unisson avec sa contrepartie matérielle, c’est en stimulant chacun de nos électrons matériels que nous y parviendrons. Voilà le pourquoi de notre passage sur Terre. Le corps physique est l’outil de l’âme durant son incarnation ici-bas. Notre corps apprend de ses multiples expériences dans ce monde matériel, et communique ses acquis à l’âme qui les archive dans notre volumineux dossier céleste.
 
   Tout ce que nous vivons durant nos nombreux séjours sur cette Terre, tout ce que nous ressentons, tout ce que nous accomplissons dans la vie, en bien ou en mal, les grandes comme les petites choses, sont simultanément archivés par l’âme et conservés pour l’éternité. Notre âme étant en contact direct avec chaque cellule de notre corps physique, rien ne peut lui échapper. Notre conscience «primitive» d’être humain a tendance à manifester un certain laxisme, mais l’âme, je le répète, est d’une rigueur absolue. Avec elle, il n’y a aucune esquive possible.
 
   Donc, surpassons-nous sans cesse dans tout ce que nous entreprenons dans cette vie. Disciplinons-nous. Modifions graduellement certaines mauvaises habitudes. Assurons-nous que nos pensées, nos paroles et nos actes vont dans le même sens. Cessons une fois pour toutes de faire des choses qui ne riment à rien. N’oublions pas également de revisiter régulièrement notre système de valeurs afin de nous assurer qu’il tient bien compte des nouvelles réalités. Utilisons au maximum les talents que nous avons acquis au cours des incarnations précédentes, et guidé par notre cœur, développons-en d’autres.
 
   Tout ce que nous maîtrisons dans cette vie s’ajoute à notre curriculum et nous aidera ainsi à progresser plus facilement dans nos prochaines incarnations. Notre âme sait très bien reconnaître nos efforts sincères. Subtilement, discrètement, elle nous pilote, avec la complicité de l’Esprit, dans notre sublime mission.
 
Note de l'auteur : J’ai intitulé ce texte « Hypothèse sur l’âme des êtres et des choses », car c’est bien ici une hypothèse que je propose respectueusement à mes lecteurs, en espérant que d’autres poursuivront mes humbles recherches. Que les scientifiques me pardonnent également si j'ai abrégé à outrance les lois atomiques, l'important pour moi, étant simplement de bien me faire comprendre de tous.
 
André A. Bernier


 
Page 1     Comprendre la mort   André A. Bernier

Page 2     
Daphne Rose et Mikhaël   Daphne Rose Kingma et O. M. Aïvanhov

Page 3     
Selon Eckankar   anonyme

Page 4     
Ce qu'en pense Ernest   Ernest Tanguay

Page 5     
La mort nous fait signe à temps   Dr Max Bürger

Page 6     
Mourir   Placide Gaboury

Page 7     
La cryogénisation   Michel Marsolais

Page 8     
Le sommeil, image de la mort   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 9     
Steve Jobs, son discours à Stanford en 2005   Steve Jobs

Page 10   
L'expérience de la mort   Dr Raymond Moody

Page 11   
Naissance de l'idée de réincarnation   anonyme

Page 12   
Le médecin devant la mort   Hubert Doucet

 
 


 

 
 45 



Créer un site
Créer un site